Pudding de Chia

jeudi 30 avril 2020
Recette de pudding de chia healthy et vegan

Aujourd'hui j'ai envie de partager une recette de pudding de chia que je consomme énormément en ce moment. Elle est parfaite pour un petit déjeuner ou un goûter healthy, végan, et gourmand.

La recette

Ingrédients pour 2 grands ou 3 petits bols : 
- 500 mL de lait végétal
- 60g de graines de chia
- 20g de sirop d'agave
- 1 demi cuillère à cafe de poudre de vanille

Recette de pudding de chia healthy et vegan

Mélangez tout les ingrédient dans un récipient hermétique à garder un frigo toute une nuit. Je vous conseille d'utiliser un petit fouet pour que le mélange soit bien homogène.
Dès le lendemain, on peut repartir le pudding dans des contenant plus petits, ou se servir à chaque préparation. Il suffit ensuite de le garnir de morceaux de fruits frais, granola et fruits secs. 
Pour plus de gourmandise vous pouvez remplacer 1/3 du lait végétal par du lait de coco.

J'espère que la recette vous plaira. N'hésitez pas à la reproduire et à la partager sur les réseaux sociaux. 


Prenez bien soin de vous,
Axelle

Road Trip au Costa Rica

jeudi 19 mars 2020
En Janvier 2020, nous sommes partis avec mon chéri en road trip de 3 semaines au Costa Rica. C'était une première pour moi, mon premier grand voyage en dehors du cadre des études. Mais pour mon copain, il s'agissait de son 3ème séjours dans ce pays d'Amérique central. Il a pu me faire découvrir des spots qu'il avait adoré, et on a pu en dénicher de nouveaux et ainsi vivre un périple inoubliable. 
Dans cet article, je partagerais avec vous notre itinéraire afin de vous donner quelques idées pour planifier le vôtre, ou tout simplement pour vous partager de jolis photos de ce pays que j'ai adoré visiter.

La région des volcans 


Jour 1 - Catarata del Toro 


Cette cascade est située dans un ancien cratère de volcan éteint. Le paysage est digne des décors de film Jurassic Park, et sincèrement, il s'agit de l'endroit qui m'a le plus impressionné durant le séjour.
Après une rando de 30 min (descente d'un nombre incalculable de marches surtout), on peut atteindre le bas de la cascade. Pour s'y approcher au plus près autorisé il faut tout de même escalader des rochers glissants, mais ça vaut vraiment le détour. Pour les moins téméraires, on a déjà une très belle vue dès les premiers mètres de la rando, et il y a plusieurs spots sympa pour admirer tout ça sans se compliquer la vie. Ce qui était génial aussi, c'est que lors de notre visite (un samedi à 10h) il n'y avait pratiquement personne. Nous avons croisé uniquement 2 autres couples.
L'accès à la cascade est payant, environ 15$ par personnes (comme la plupart des cascades et autres lieux à visiter au Costa Rica). Mais sincèrement ça les vaut largement.


Jour 1 et 2 - La Fortuna (Volcan Arenal et sources chaudes)


Nous sommes arrivés à la Fortuna en début d'après-midi. Sur la route, on a eu la chance d'apercevoir le volcan Arenal, qui est resté caché le lendemain sous d'épais nuages. Nous sommes allés faire un tour directement aux sources chaudes publiques et gratuites. Nous ne voulions pas d'un endroit artificiel façon Center Park ou Aqualand. À première vue, le lieu n'est pas des plus accueillants, il faut passer sous un pont tagué tout en ayant les pieds dans l'eau pour enfin atteindre un paysage vraiment génial. Cet après-midi-là, nous étions nombreux à être venus se détendre dans l'eau bien chaude, ce qui n'empêchait pas de trouver une bonne place pour se prélasser et profiter de la végétation qui borde cette rivière. Mais le lendemain, lorsque nous y sommes retournés à 8h du matin (un dimanche), nous étions complètement seuls. Un vrai petit paradis.

Jour 2 et 3 - Monteverde 

Après avoir quitté la Fortuna nous nous sommes dirigés vers la région de Monteverde en longeant le lac Arenal
Pour notre troisième journée, mon chéri tenait absolument à ce qu'on fasse un parcours en tyrolienne qu'il avait déjà testé 7 ans auparavant. Frissons et vue sur la canopée verdoyante garantie. 


On a choisi celui de 100% aventura à 50$ par personnes. Il s'agit d'un parcours de 10 tyroliennes dont une de 1,6 km de long. On avait même la possibilité de les faire en position "superman", rien de tel pour avoir l'impression de voler. Un saut façon Tarzan était aussi proposé, mais on était trop frileux pour oser le faire.


J'ai aussi un petit soda (petit restau typique du Costa Rica) à vous recommander à Santa Elena (village proche de Monteverde). Il s'agit du Boca2 café où on peut manger un très bon casaso, un mélange de riz et haricots rouges, ici accompagné de toast et d'une omelette avec tomates et piments jalapeños. 


Jour 3 - Catarata Llanos del Cortes 


Changement d'ambiance. Après le climat humide et nuageux de Monteverde, nous nous sommes dirigés vers la cascade Llanos del Cortes. Cet endroit est parfait pour se rafraîchir et se prélasser avec une Pipa Fria (eau de coco fraîche). Encore une fois, le lieu était désert, on a donc pu profiter de l'espèce de petite plage en bord de rivière de 15 à 17h en toute intimité. Cependant, j'ai eu la mauvaise surprise de me faire dévorer par les puces d'eau. N'oubliez donc pas votre répulsif.
Pour accéder à cette cascade, petite astuce : ne vous garez pas au parking "officiel" qui ferme plus tôt et coûte plutôt cher. Un peu plus loin, il y a un autre parking géré pas des locaux qui ne demande qu'une participation financière volontaire pour pouvoir garder les voitures et nettoyer les abords du lieu (parking très sûr ne vous inquiétez pas). 


Jour 4 - Rio Celeste 


Le Rio Celeste est certainement le spot que j'avais le plus hâte de visiter. Il s'agit d'une rivière qui a la particularité d'être d'un bleu turquoise intense absolument magnifique. Cette couleur est due à une réaction chimique provenant du mélange des éléments de deux rivières situées en amont qui elles sont incolores. Selon la légende, il s'agirait de Dieu qui aurait lavé ses pinceaux dans cette rivière après avoir peint le ciel.
La visite du Rio Celeste se fait en environ 2h de randonnée durant laquelle on peut voir une gigantesque cascade, des sources chaudes, et l'endroit où apparaît la fameuse couleur bleue. J'ai adoré crapahuter 5 km dans la gadoue entourée de la jungle. Cependant, c'est un spot où on retrouve beaucoup d'autres touristes. De plus, mon chéri était un peu déçu. En effet, 7 ans plus tôt, il était encore possible de se baigner dans ce rio, ce qui dorénavant est interdit. 
Attention aussi à la météo. Si le temps est bon vous allez sans aucun doute pouvoir admirer la belle couleur de l'eau, mais s'il pleut ce n'est plus forcément garanti. Nous avons eu une petite pluie qui n'a heureusement pas entaché notre visite (au contraire la marche était même très agréable) mais nous nous étions préparés moralement au cas où.
Prix d'entrée : 12$ par personnes.


La côte Pacifique 

Jour 5 à 11 - Playa Copal et Playa Rajada 

Nous avons ensuite poursuit notre séjour dans la famille de mon chéri qui est expatriée au Costa Rica depuis quelques années. 



Étant très impliqués dans la protection des tortues marines (ONG Equipo Tora Carey) ils m'ont donné l'occasion d'assister à l'éclosion et l'entrée dans l'océan de bébés tortues. C'était vraiment un moment fort en émotion.


Ce séjours était aussi l'occasion de faire du Kite Surf dans un des meilleurs spot du Costa Rica , Playa Copal (Bahia Salinas) avec l'école de kite de la famille : Kiteboarding Costa Rica.
J'avais pour projet de prendre une semaine de cours pour débutants, histoire de pouvoir partager la passion de mon chéri, mais avec l'intensité du vent qui était anormalement forte ça n'a pas été possible. Lui-même n'a d'ailleurs pu se faire que 2 sessions.


Lors d'une petite virée en voiture pour rejoindre une petite plage isolée, nous sommes tombés sur une trentaine de singes capucins qui traversaient la route en sautant de branches en branches. Nous sommes restés une trentaine de minute observer cette scène incroyable que je garderais en tête toute ma vie. On a aussi croisé beaucoup d'Iguanes, ainsi que des Coatis (animaux de la famille des ratons laveurs, typiques du pays).


Pour les passionnés de Kite Surf on ne peut que recommander cet endroit. Et d'ailleurs, si vous cherchez un logement vraiment pas cher avec vue imprenable sur l'océan on vous conseille les cabinas qui appartiennent à l'école de kite.


Jour 11 à 14 - Tamarindo


Tamarindo est un des spots de surf les plus connu au Costa Rica, notamment pour les débutants qui peuvent profiter de vagues constantes et peu intenses. J'en ai donc profité pour prendre des cours de surf via airbnb expérience : "Surfez avec un costa-ricain" et "surf with Oscar". Pour environ 40$ la leçon d'1h30 j'ai réussi hyper facilement à me lever sur la planche à chaque fois, et même à prendre quelques petites vagues. J'avais tout de même déjà fait un stage de surf de 5 jours l'été dernier sur la côte Atlantique mais mon niveau était bien plus faible car les conditions moins évidentes.


Au dela du surf, Tamarindo est surtout une station balnéaire très (trop) touristique et très américanisée. Ce n'est vraiment pas l'endroit à choisir pour une expérience authentique. Cependant, l'avantage est que la vie nocturne y est très développée. On a pu faire la fête et bien s'amuser tout les soirs à coups de Pilsen ou d'Imperial (les bières du Costa Rica) ou de Piña Colada.


Pour ces quelques jours nous avions pris une chambre dans une auberge de jeunesse plutôt bon marché pour cette ville. Rien de luxueux mais chaleureux avec avec cuisine partagée et à 3 min à pied de la plage : le Tsunami Hotel.


Jour 14 à 17 - Samara


On a continué notre route encore plus au Sud vers la ville de Samara, notre coup de coeur de ce road trip. Contrairement à Tamarindo, ici pas d'immeubles, tout est à taille humaine.



Pour le surf on peut profiter du même style de vagues qu'à Tamarindo, des conditions parfaites pour les débutants.


On a trouvé un airbnb absolument parfait qu'on vous conseille les yeux fermés. Nos hôtes ont été aux petits soins, nous amenant même à la plage voisine de Carillo (magnifique plage bordée d'une multitude de cocotiers).


Jour 17 - Catarata de Belen


Sur les conseils de nos hôtes airbnb, nous avons passé une matinée à nous baigner à la Catarata de Belen. Le bassin de la cascade est même assez profond pour pouvoir faire quelques plongeons.


Jour 17 à 21 - Mal País, Santa Teresa


Pour notre dernière étape nous avons choisi de nous arrêter du côté de Mal País et Santa Teresa.
Contrairement aux spots précédents, ici l'océan ressemble beaucoup plus à l'Atlantique de Lacanau et du Porge. Les vagues sont plus puissantes et plus nombreuses. De ce fait pour surfer c'était plus compliqué.


Nous avons eu la malchance d'avoir un temps assez nuageux et pluvieux durant ces derniers jours (malgré le fait qu'on soit en pleine période sèche). On a même eu le droit à une coupure de courant générale toute une nuit. On va dire que ça fait parti du jeux ! 

On n'avait plus le budget pour louer un quad ou une voiture sur place, mais on vous conseille de le faire pour vous déplacer dans ces villes qui sont très étendues (à vrai dire il n'y a qu'une rue principale de plusieurs kilomètres de long qui longe la plage). 


Pour les 2 premiers jours on avait loué une lodge avec terrasse et vue sur mer (Blue Jay Lodge). Le prix n'était pas beaucoup plus élevé que pour une petite cabina du coup on s'est fait plaisir. Malheureusement l'hôtel était assez éloigné du centre ville, donc pour les tout derniers jours on a trouvé un airbnb parfaitement situé.


Si je devais résumer mon voyage au Costa Rica en quelques lignes, je dirais tout simplement que la nature y est omniprésente, riche et magnifique. Les paysages sont très variés, on peut passer de la jungle aux montagnes avec prairies, des belles cascades aux volcans, et des plages avec cocotiers en quelques heures seulement. Si vous êtes chanceux vous apercevrez quelques animaux, ce qui rend l'expérience incroyable. Et pour finir les habitants sont très acceuillants, surtout si vous vous débrouillez bien en espagnol

Pour finir je vous laisse avec une carte interactive qui résume parfaitement notre Road Trip au Nord Ouest du Costa Rica.
Comme vous pouvez le voir il nous reste toute une partie du pays à explorer (côte Caraïbes, parc nationaux et réserves naturelles), mais ça on se le garde pour une autre fois.

Pura Vida
Axelle 

Comment faire un henné rouge cuivré

mardi 4 février 2020


Il y a deux ans, j'ai eu envie de changer de couleur de cheveux : je voulais passer d'un châtain clair à un cuivré tirant vers le rouge. Je vous avoue, je n'ai pas osé passer ce cap toute seule, j'ai donc pris rendez vous dans un salon de coiffure naturel qui faisait des teintures au henné et poudres de plantes. Le résultat m'ayant bien plu, mais le prix de la prestation étant trop élevé pour mon porte-monnaie d'étudiante, j'ai voulu concocter mon propre mélange afin de réaliser ma couleur toute seule à la maison. Après avoir épluché plusieurs blogs et sites spécialisés, j'ai trouvé les proportions parfaites pour faire perdurer cette jolie teinte cuivrée que je ne quitte maintenant plus. Mais je le sais, il est parfois difficile de s'y retrouver parmi les milliers d'informations trouvables sur le net. Je vais donc partager avec vous dans cet article ma recette de henné pour obtenir un cuivré rouge.


Ingrédients : 
- 70 g de henné du Rajastan 
- 30 g de henné rouge du Yemen 
- 1 cuillère à café de poudre de Garance
- 1 cuillère à soupe de poudre de guimauve 
- 1 yaourt végétal
- de l'eau chaude

Je commence tout d'abord par mélanger toutes les poudres entre elles, puis j'ajoute un tout petit peu d'eau chaude et le yaourt. Je verse de nouveau de l'eau dans la préparation pour obtenir une pâte qui a la texture d'une pâte à gâteau. Il faut qu'elle soit ni trop liquide ni trop épaisse pour faciliter l'application.
Je protège ensuite les contours de mon visage avec de l'huile végétale afin que la coloration n'agisse pas à cet endroit. Je me munis de gants et d'un pinceau à coloration pour bien étaler la préparation de façon homogène. Il ne faut pas hésiter à bien séparer sa chevelure en plusieurs étages pour être certains de ne louper aucun endroit. Pour plus de facilité, j'applique mon henné juste après avoir lavé mes cheveux (mais sans avoir utilisé d'après-shampoing ou de masque), donc sur cheveux humides.
Je laisse ensuite poser 2 heures sous papier cellophane entouré d'une serviette-éponge. Après ce temps de pause, je file sous la douche pour bien rincer le tout. Je finis tout de même avec un tout petit peu d'après-shampoing pour bien démêler mes cheveux et me débarrasser de petits résidus. Souvent ,ce n'est pas conseillé, mais comme chez moi ça n'a jamais empêché ma couleur de bien prendre, je continue de le faire. Tout de même, durant 48 heures après la coloration, je n'applique aucun produit coiffant, surtout aucune huile, et je ne me mouille pas les cheveux. En effet, la coloration continue à s'oxyder durant tout ce temps, et pour obtenir une belle couleur qui tient dans le temps c'est donc indispensable d'attendre un peu avant de les laver de nouveau.

Le henné du Rajastan donne une couleur cuivrée intense, alors que le henné rouge du Yemen donne quelque chose de plus acajou. Dans ces proportions, additionnés de rouge de Garance, j'obtiens donc un cuivré avec des reflets rouges.
La poudre de guimauve permet d'avoir les cheveux doux et brillants, le yaourt lui permet d'hydrater les cheveux afin que ceux-ci ne soient pas dessèchés par les poudres.


La couleur est pleine de reflets et donne un effet très naturel. Je suis surprise du nombre de fois où des personnes pensent qu'il s'agit de ma vraie couleur de cheveux.

Cette recette suffit amplement pour la longueur de mes cheveux, mais vous pouvez bien entendu adapter les quantités à votre tignasse.
J'utilise les hennés et autres poudres de chez Aromazone. Je n'ai jamais testé ceux venant d'autres marques. De ce fait, je ne peux pas garantir le même résultat avec des poudres d'autres provenances.
Aussi, il faut savoir que la couleur finale dépend de la teinte de base de votre chevelure, qu'elle soit naturelle ou déjà avec une autre couleur au henné. Cette teinture végétale fonctionnant sur le principe de superposition, elle sera de plus en plus intense et foncée au fil des applications. Personnellement, cela fait deux ans que je teins l'intégralité de mes cheveux avec cette recette, et cela tous les 2 mois/2 mois et demi lorsque mes racines deviennent trop visibles.

En plus d'être une coloration naturelle, végane, et faite maison, son prix est surtout imbattable : l'achat de toutes les poudres mentionnées précédemment revient à exactement 20 euros, en sachant qu'avec la quantité fournie vous en avez pour minimum un an de coloration. Alors, qu'attendez vous pour vous lancer ?

J'espère que cet article vous aura été utile. N'hésitez pas à poser vos questions en commentaire et à me dire si vous avez testé et apprécié cette recette.
Prenez bien soin de vous,
Axelle

Le vert, ma couleur de l'hiver (seconde main)

dimanche 5 janvier 2020

Manteau caban vert foncé coupe large : Mango (ancienne collection)
Pull en laine vert foncé : & Other Stories (ancienne collection)
Collants : Calzedonia
Bottines noires à talon épais : Stradivarius (ancienne collection)
Sac à main en cuir de croco marron Vintage: Vinted (seconde main)

Cela va bientôt faire 2 ans que je suis passée d'un châtain clair des plus banal à une chevelure cuivrée. Ça a un peu bousculé la palette de couleurs de ma garde robe. Maintenant, par goût, j'évite le violet et le rose, et je découvre ces tonalités vertes qui se marient si bien avec le roux. Mon dévolu va surtout sur les verts foncés, le vert sapin, le vert bouteille, le vert kaki, le vert forêt. Ces teintes sombres vont très bien avec l'hiver et ne prennent pas le pas sur la vivacité du cuivré.


Robe chemise à fleurs : Stradivarius (ancienne collection)

J'avais déjà dans ma garde robe des vêtements dans ce genre de couleurs. Même s'ils datent de quelques années ils me plaisent toujours autant et je compte bien les porter encore jusqu'à l'usure. Certes à la base il s'agissait pour la plupart d'entre eux d'achats dans des enseignes de fast fashion. Mais, après ma prise de conscience sur cette industrie de la mode, je ne peux me résoudre de m'en débarrasser juste à cause du nom qu'ils portent sur leur étiquette. C'est vrai après tout, puisqu'ils ont été achetés, puisqu'ils ont été produits, puisqu'ils vont s'ajouter aux autres milliers de déchets, autant s'en servir le plus possible. J'essaye alors de prendre vraiment soin de mes vêtements pour qu'ils puissent perdurer plus longtemps. Pour mon pull en laine je fais très attention lors des lavages (programme laine sur ma machine à laver, et lavage à froid). Pour ma robe, j'ai consolidé les boutons avec un peu de fil, et si une couture commencent à s'effiler il suffit de réparer.


Pourtant, cela ne veut pas dire que je vais continuer à acheter des vêtements dans les magasins conventionnels. Déjà depuis cette année 2019 qui vient de se terminer j'ai considérablement réduit mes achats dans les enseignes de la fast fashion. J'ai en contre partie privilégié la seconde main lorsque c'était possible, notamment sur la plateforme en ligne Vinted. Ce site a tellement pris de l’ampleur qu'il est presque impossible de ne pas trouver son bonheur. Grâce au moteur de recherche avec critères très précis on n'est pas non plus obligé de passer des heures à parcourir les pages pour trouver la perle rare. Et en plus de faire un choix plus éco-responsable, on fait aussi énormément d'économie. J'ai trouvé par exemple ce sac vintage en cuir sur Vinted pour seulement 15 euros. Il est dans un super état, beaucoup le complimentent, et son style d’antan donne un charme fou à n'importe quelle tenue.

Pour votre première inscription sur le site Vinted vous pouvez passez par mon lien de parrainage 

Photos réalisées par la talentueuse Anaïs Frtcq

En 2020 je continue sur cette lancée, vers un dressing plus éthique et éco-responsable. Pour l'instant ma consommation n'est pas parfaite, mais les progrès sont là et seront de plus en plus présents. J'ai commencé il y a quelques années par changer mes habitudes en terme de cosmétiques (bio, compositions naturelles, compositions minimalistes ou faites maison), puis dans mon alimentation (majoritairement végétarienne ou végane, plus de produits locaux et de saison). La suite logique étant donc de privilégier les vêtements de seconde main, une fabrication Made in France ou Made in Europe, ou tout simplement de continuer à porter encore longtemps les vêtements que je possède déjà.

Et vous, est ce qu'une de vos "résolution" consiste à consommer plus éthique ? 

Prenez bien soin de vous,
Axelle

Cookies à la pistache vegan

dimanche 15 décembre 2019
Cookies vegan à la pistache Noël

Durant les Dimanches après midi d'hiver s'il y a bien une chose que j'adore faire c'est cuisiner de bons cookies accompagnés d'un chocolat chaud. Cette année j'avais envie d'en déguster à la pistache, je me suis donc attaquée à l'élaboration d'une recette végane. Ici pas de colorants, pas d’arômes artificiels, pas de produits animaux (ni oeufs ni produits laitiers), et un index glycémique amélioré

Je vous laisse donc avec ma recette de cookies à la pistache vegan, parfait pour cette période de Noël et pour le reste de l'hiver près d'un feux de cheminé.

La recette

Ingrédients pour 10 cookies : 
- 60 g de margarine 100% végétale
- 35 g de pâte de pistache
- 95 g de sucre de coco (ou de sucre complet)
- 60 g de sucre blanc
- 1 pincée de sel
- 1 cuillère à café de graines de chia dans 3 cuillères à café d'eau tiède
- 185 g de farine
- 1 cuillère à café de bicarbonate
- 30 g de pistaches décortiquées non salées

Faites préchauffer le four à 170°C (chaleur tournante). Pendant ce temps ajoutez à vos graines de chia de l'eau tiède. Laissez reposer durant au moins 15 min le temps d'obtenir une texture gélatineuse. Dans un saladier battez la margarine et la pâte de pistache. Ajoutez ensuite les sucres et la pincée de sel, puis les graines de chia en gel. Ensuite, ajoutez la farine et le bicarbonate et malaxez bien avec les mains. Enfin, ajoutez les pistaches entières ou légèrement concassées.
Formez de petites boules avec la pâte et disposez les sur une plaque de cuisson. S'il vous reste des pistaches vous pouvez en replacer sur le sommet des boules. Enfournez durant 14 min
Et voilà c'est prêt !

Lorsque vous allez sortir les cookies du four ils seront encore mous à coeur. C'est tout à fait normal, il faut les laisser reposer quelques minutes pour qu'ils se solidifient. Pour la margarine 100% végétale j'ai utilisé celle de la marque Saint Hubert, mais n'importe quelle autre fera l'affaire (lisez bien l'étiquette si le fait de ne pas consommer de produits animaux a une importance pour vous). Ensuite pour la pâte de pistache j'ai trouvé la mienne en magasin bio. J'ai choisis d'acheter mes pistaches non décortiquées afin d'alléger le ticket de caisse mais pour les flemmards vous pouvez en trouver déjà préparées. 

Cookies vegan à la pistache

Accompagnés d'un chocolat chaud ces cookies sont parfaits pour le goûter. Personnellement je le prépare avec du lait de noisette enrichis en calcium et une cuillère de cacao maigre en poudre. L'association noisette et cacao est terriblement gourmande.

Vous pouvez aussi retrouver ici une autre de mes recettes de Noël : des biscuits au beurre de cacahuète 

Cookies vegan à la pistache Noël

J'espère que ma recette de cookies vegan à la pistache vous aura inspiré, et si vous la réalisez j'espère que vous vous régalerez autant que moi. N'hésitez pas à partager cet article si vous avez aimé la recette, mais aussi de me taguer sur les réseaux sociaux si vous préparez ces cookies. L'espace commentaire est aussi ouvert si vous avez des questions ou des précisions à me demander.

Prenez bien soin de vous,
Axelle

3 jours à Lisbonne en Novembre

dimanche 24 novembre 2019
Funiculaire de Bica  Lisbonne

Début novembre avec mon chéri, on s'est offert une petite virée de 3 jours à Lisbonne. Après Séville et Amsterdam l'année dernière, on voulait à nouveau découvrir une ville européenne. Lisbonne, et plus largement le Portugal, est une destination qui nous était totalement inconnue. Elle nous a pourtant été souvent recommandée. C'était donc l'occasion de miser sur du potentiel soleil et un climat plus doux pour échapper quelques jours à la pluie bordelaise.

Je vous laisse découvrir notre petit carnet de route et nos bonnes adresses dans la capitale portugaise.

Les rues de Lisbonne en novembre

Jour 1

Quartier Bica

Nous avons commencé notre première journée, malheureusement sous la pluie, à chercher un peu à l'aveugle un endroit sympa ou prendre un bon petit déjeuner. Toutes les adresses que j'avais repérées étaient bondées de monde, et avec ce temps nous n'étions pas très motivés à attendre dehors. On s'est alors laissé tenter par un endroit qui était complètement vide mais très mignon. La blogueuse en carton que je fais n'arrive pas à retrouver le nom de cette petite adresse, mais sachez qu'ils servaient des jus de fruit frais, smoothies, açaie bowl et compagnie (Adresse qui se trouve dans la Rua da Silva, mais non référencée sur Google)

Les rues de Lisbonne en novembre

Après ce petit déjeuner nous nous sommes dirigés vers le Time Out Market (ou Mercado da Ribeira) qui se situe seulement à quelques minutes à pieds. Beaucoup de personnes nous avait conseillé ce lieu au concept plutôt attirant : une trentaines d'étales tenues par des restaurateurs, et même parfois des chefs, regroupées dans un marché couvert. On y retrouve beaucoup de spécialités locales, ainsi que des plats revisités, en bref un très large choix. Après avoir commandé notre repas, il ne nous restait qu'à attendre que celui ci soit prêt, puis le plus compliqué arriva : trouver une place. De nombreuses grandes tables sont partagées entre les différentes étales, et clairement il nous a fallut bien 20 min avant de trouver où nous installer. La nourriture ne nous a pas transcendée, c'était plutôt onéreux en comparaison avec les prix pratiqués à Lisbonne, et l'ambiance bruyante avec la foule qui se presse entre les tables pour se jeter sur le moindre coin de table de libre a rendu l'expérience peu plaisante.

Feira da Ladra vente de vinyles vintages

Quartier de l'Alfama

Durant l'après midi nous nous sommes rendus au marché au puces Feira da Ladra. Ce jours là se tenait une vente de vinyles vintages. Autour du marché couvert on retrouve plusieurs boutiques d'antiquaires (on a d'ailleurs fait de jolies trouvailles côté déco) ainsi que des friperies. J'ai adoré cet endroit, moi qui développe de plus en plus un goût pour les objets qui ont déjà bien vécus.

Feira da Ladra friperie

Feira da Ladra antiquaires

Feira da Ladra vinyles

Nous avons continué de nous promener dans le quartier de l'Alfama. Il est connu par les touristes comme le quartier pittoresque par excellence, et sincèrement il s'agit du quartier où on a préféré déambuler. On découvre la ville au grès des escaliers, des rues escarpées, on croise les tramways si typiques, on tombe sur des points de vue magnifiques... un vrai coup de coeur.
Au total, à la fin de cette première journée, 12 kilomètres dans les jambes. Visiter Lisbonne c'est sportif !

Tramway Lisbonne Alfama

Vue Lisbonne Alfama

Jour 2

Quartier de l'Alfama

De retours dans le quartier de l'Alfama pour visiter le château de Saint George (Castelo de Sao Jorge). On a pu grimper sur les remparts sous un joli soleil et encore une fois profiter de super panoramas. 

Château Saint George Lisbonne

Château Saint George Lisbonne

Vue du château Saint George Lisbonne

Pour le déjeuner, nous nous sommes arrêtés dans un petit restaurant à tapas : Petisqueira Conqvistador. On y retrouve pleins de plats typiques portugais, comme le pica pau (boeuf et saucisse cuisinés dans du vin blanc, de la moutarde, et de la sauce pickle). On a accompagné notre repas d'un bon verre de vin (d'ailleurs en général on a trouvé le vin portugais excellent, parole de bordelais). Et enfin, pour finir sur une petite touche sucrée, un pastel de nata et un verre de ginjinha (liqueur à la cerise).

Avis restaurant Petisqueira Conqvistador Lisbonne

Avis restaurant Petisqueira Conqvistador Lisbonne

Ensuite nous nous sommes de nouveau baladés dans le quartier de l'Alfama, et nous sommes tombés sur un des belvédères les plus jolis (et connus) de Lisbonne : le miradouro Santa Luzia. Il est bordé de fleurs violettes et d'azulejos, et offre une magnifique vue sur le Tage.

Belvédère Santa Luzia

Toujours dans l'Alfama, nous avons terminé notre journée dans un petit restaurant (Boteco da Fà) en écoutant du Fado, un style de musique mélancolique typiquement portugais. Nous avons été éblouis par la performance des artistes, deux guitaristes (un à la guitare sèche, et un à la guitare portugaise) et une chanteuse. Durant la soirée nous avons aussi eu le droit à la performance d'un client local habitué du restaurant, ainsi que d'amis des artistes. Ne parlant pas un mot de portugais, je ne comprenais pas les paroles des chansons, mais ça ne m’empêchait pas de ressentir toutes les émotions qui transperçaient chaque notes. Au delà du Fado, il s'agit du restaurant où nous nous sommes le plus régalés durant notre séjour : de la morue pour mon chéri et un riz au poulpe pour moi. Durant cette soirée nous avons aussi beaucoup discuté avec le serveur/gérant du restaurant. Nous avons parlé musique, de voyages, de Lisbonne, un authentique moment d'échange autour d'un verre de porto.

Fado Boteco da Fa Avis

Jour 3

La X Factory

Pour ce dernier jour, nous sommes allés nous promener à la LX Factory, une ancienne grande usine réaménagée en lieu branché alliant street art, petites boutiques de créateurs, espaces de coworking, et restaurants sympas. Malgré une journée extrêmement pluvieuse nous avons trouvé cet endroit très chouette.

Restaurant A Praça LX Factory Lisbonne

Restaurant A Praça LX Factory Lisbonne

Bibliothèque LX Factory

Pastel de Nata LX Factory

Street Art LX Factory

Bairo Alto

Nous avons commencé notre dernière soirée dans un bar à cocktail (Majong) que je recommande pour la créativité du barman (merci pour le cocktail sur mesure) qui n'hésite pas à s'assurer qu'on apprécie ce qu'il vient de nous préparer.

Où sortir Bairo Alto Lisbonne

Cocktail Bairo Alto Lisbonne

Bica

Enfin, nous avons choisi une petit restaurant situé dans la rue de notre airbnb, as miudas da bica, où on s'est régalé avec des tartines à la sardine. Pour la deuxième soirée de suite nous avons sympatisé avec la propriétaire des lieux. "As miudas da bica" signifie "les filles de bica" en référence à son amie et elle. Elle nous a offert un verre de son vin préféré, refait goûter de la ginjinha, et on a même eu le droit à un tapis de bar dédicacé. Nous avons discuté une bonne heure en sa compagnie ainsi qu'avec un ami à elle avec lequel nous avons débattu à propos de l'histoire portugaise.
Nous ne savons pas s'il s'agit d'une coïncidence, mais nous avons trouvé les portugais très accueillants. On gardera en mémoire ces échanges, parce qu' au fond ce qui est vraiment enrichissant dans les voyages c'est de partager des moments de vie avec les locaux.

Restaurant As Miudas da Bica Avis

Notre logement

Voulant être dans un quartier central, mais surtout dans un quartier très vivant (bars et restaurants) on a choisi de louer un airbnb dans le quartier Bica, juste au sud du Bairo Alto. On a adoré notre appartement, petit mais fonctionnel, et surtout extrêmement bien situé. A notre arrivée, on a réalisé qu'il se situe dans la célèbre Rua de Bica de Duarte Belo. Oui oui, cette fameuse rue très étroite tout en pente où passe un funiculaire (Ascensor da Bica). Nous étions au rez de chaussée, et on aurait pu littéralement faire un petit check aux passagers du tramway rien qu'en passant le bras par notre fenêtre. Attention cependant, si vous cherchez un endroit calme passez votre chemin. La rue comporte plusieurs bars, et les soirs de week end c'est la fête dans la rue jusqu'à 4h du matin. Après, si comme nous vous êtes de vrais fêtards, alors ça peut se retourner à votre avantage.


Si c'est la première fois que vous réservez un Airbnb, n'hésitez pas passer par mon lien de parrainage qui vous permettra d'avoir 25 euros de réduction sur votre premier séjour.

Funiculaire de Bica  Lisbonne

Petites choses à savoir

A Lisbonne, ça grimpe, et pas qu'un peu. Les baskets ou chaussures plates son indispensables si vous comptez parcourir la ville à pied. De plus, on retrouve beaucoup de petites rues très escarpées, de nombreux escaliers, et des pavés partout sur la chaussée. Lors de notre deuxième soirée j'ai osé porter mes petites bottines à talons. S'en est suivis de gros fou rires à notre retours du restaurant alors que j'essayer de ne pas glisser sur les pavés humides.

Les restaurants sont généralement très petits. Si vous trouvez une bonne adresse n'hésitez pas à réserver, ou alors armez vous de patience le temps qu'une place se libère.

Au restaurant, souvent on place sur votre table une corbeille de pain, des olives et autres amuses gueules. Contrairement aux restaurants français il ne s'agit pas d'un cadeau d’accueil, si vous les consommez ils vous seront facturés en supplément.

La météo à Lisbonne début novembre

Au niveau de la météo on a eu le droit en moyenne à des températures de 20°C (contre 10 degrés à Bordeaux au même moment) et une alternance pluie/soleil. Les averses étaient assez présentes et ont un peu entachées nos ballades, mais dès lors que les rayons du soleils pointaient leur nez alors Lisbonne était vraiment agréable. Avec du recule, soit nous n'avons pas eu de chances, soit on aurait du miser de suite sur un séjour en octobre.



Si vous aussi vous envisagez de découvrir Lisbonne, j'espère que cet article vous sera utile. N'hésitez pas à poser vos questions en commentaire, je me ferais un plaisir de vous donner plus de détails sur certaines adresses. Si vous avez déjà testez certaines de ces adresses n'hésitez pas non plus à partager votre avis qui sera peut être différent du mien. Enfin, si vous avez d'autres bons plans, l'espace commentaires est aussi ouvert.

Prenez bien soin de vous,
Axelle